Dans son rôle de veille citoyenne, la convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) a organisé les 14 et 15 novembre 2019 un atelier de restitution et de validation de deux  études sur le suivi citoyen de la mise en œuvre du plan national de développement économique et social (PNDES) dans les secteurs de l’éducation et du foncier. L’objectif général de cette activité est de contribuer à la mise en œuvre des politiques publiques dans le domaine de l’éducation et du foncier en fournissant des éléments d’aide à la décision.

Après avoir commandité deux études sur la mise en œuvre du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES), La convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) a tenu une rencontre de restitution et de validation desdites études en mi-novembre 2019 à Ouagadougou. A l’ouverture de l’atelier, M. Daniel DA HIEN, vice-président de la CODEL à tenu à insister sur l’importance du choix de ces deux thématiques au vu de leur situation actuelle dans notre pays après trois ans de mise en œuvre du PNDES par le gouvernement. Selon lui, l’atelier s’inscrit dans la logique de restituer les résultats des études premièrement aux associations membres de la CODEL, aux partenaires techniques et financier et ensuite après leur validation aux différentes autorités concernées et au grand public.

Situation des secteurs de l’éducation et du foncier

L’étude sur le foncier a été faite par Me Fako Bruno OUATTARA, expert des questions liées au foncier et celle sur l’éducation par Dr Amado KABORE, chercheur en science de l’éducation. Le 1er jour étant consacré à la restitution des deux études, ce fut Dr KABORE qui débuta par la présentation des résultats de l’étude sur l’éducation. Il a tenue à rappelé que l’étude a été axée sur la zone de Yako, zone faisant partie des communes prioritaires en terme d’éducation selon le gouvernement. En résumé, il ressort qu’en dépit des efforts du gouvernement, la zone connait des difficultés telles la fermeture de plusieurs écoles du fait de l’insécurité, la non-exécution de certains investissements programmés, les retards dans l’exécution des marchés, l’insuffisance des dotations budgétaires allouées… Le consultant a enquêté près de 500 personnes dont des directeurs d’écoles et d’établissements publics, privés formels et non formels, des parents d’élèves et des élèves des enseignements préscolaire, primaire et post-primaire.

En ce qui concerne l’étude sur le foncier, Me FAKO rappelle qu’il s’est agi de faire une présentation générale de la problématique foncière au Burkina Faso et faire le point sur la mise en œuvre des recommandations de l’enquête parlementaire sur le foncier. Selon l’expert aux questions foncières « …il ya une tentative de mise en œuvre mais de façon pratique ca piétine toujours ». De cette étude qui a concerné les villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, on retient surtout des difficultés d’application de la loi foncière et d’accès à un logement décent. La réduction de la prolifération des habitats spontanés et construire des Habitats à Loyer Modéré (HLM), l’augmentation du nombre de ménage ayant accès a un logements décent a 40 000, l’activation du Fonds au Logement Social (FOLOS), la prise de mesures de réduction des loyer par l’application effective de la loi portant bail d’habitation… sont entre autres les sujets de plaidoyer auxquels la CODEL devrait s’intéresser selon le consultant.

Des recommandations pertinentes

Après la  restitution, la deuxième journée a consisté à faire une synthèse des études et à former deux groupes (un pour chaque étude) afin de relever les recommandations pénitentes des consultants dans chaque secteur. Ces travaux conduits par Mme Lydia ZANGA, secrétaire exécutive de la CODEL a permis d’identifier des recommandations suivantes parmi les plus pertinentes.

Groupe Foncier :

  • Mettre en place un groupe de plaidoyer sur l’éducation ;
  • Contribuer à faire respecter le cahier des charges par les différents promoteurs immobiliers ;
  • Faire le plaidoyer pour la réactivation du fond au logement social (FOLOS) ;
  • Réduction du loyer par l’application de la loi portant bail au logement (loi CNT 2015) ;
  • Renforcement des capacités des organisations membres de la CODEL sur la RAF, et la loi 034 de 2009, le code de l’urbanisme ;
  • Une conférence de presse pour interpeller les autorités.

 

Groupe Education :

  • Former/sensibiliser les acteurs (enseignants et personnel de l’éducation) à la pédagogie sensible au genre et à la gestion hygiénique des menstrues) ;
  • Tenir compte des besoins des apprenants en situation de handicap dans les nouvelles réalisations des infrastructures scolaires ;
  • Sensibiliser les acteurs de l’éducation surtout les enseignants pour une inclusion des enfants déplacés ;
  • Suivi de la politique gouvernementale en matière d’éducation en situation d urgence ;
  • Tenir compte des expériences passées comme le cas des enfants déplacés de l’opération Bayiri.

 

La secrétaire exécutive rassure : « … ces recommandations ne dormiront pas dans les tiroirs … une feuille de route sera dégagée de commun accord avec les organisations membres pour donner suite aux propositions ».

Activer partage

Ajouter un commentaire

Restricted HTML

  • Vous pouvez aligner les images (data-align="center"), mais également les vidéos, citations, etc.
  • Vous pouvez légender les images (data-align="center"), mais également les vidéos, citations, etc.
Date publication